dédaigneux


dédaigneux

dédaigneux, euse [ dedɛɲø, øz ] adj.
• 1175; de dédaigner
1Qui a ou exprime du dédain. altier, arrogant, distant, fier, 1. hautain, méprisant, sarcastique . C'est un homme dédaigneux. Réponse dédaigneuse. Moue dédaigneuse. Un ton dédaigneux. condescendant, protecteur. « son front pâle et ses lèvres dédaigneuses insultaient à ces hommes » (Balzac). « un air indifférent et dédaigneux » (Proust). supérieur.
Subst. Faire le dédaigneux.
2Littér. DÉDAIGNEUX DE : qui dédaigne, néglige, est peu soucieux de. Dédaigneux de plaire. Une âme « dédaigneuse des chocs et des accidents » (R. de Gourmont).
⊗ CONTR. Admiratif, respectueux, soucieux (de).

dédaigneux, dédaigneuse adjectif Qui a du dédain pour quelque chose : Dédaigneux des honneurs. Qui manifeste du dédain ; méprisant, hautain : Une moue dédaigneuse.dédaigneux, dédaigneuse (synonymes) adjectif Qui manifeste du dédain ; méprisant, hautain
Synonymes :
- méprisant

dédaigneux, euse
adj. et n. Qui éprouve du dédain, qui montre du dédain. Une mine dédaigneuse.
|| Subst. Faire le dédaigneux.

⇒DÉDAIGNEUX, EUSE, adj. et subst.
I.— Adjectif
A.— Qui a ou exprime du dédain. Synon. méprisant.
1. [Emploi avec un compl. nom. désignant l'objet du dédain]
a) [Compl. prép. de + n. de chose, plus rarement de pers.] Être dédaigneux des conseils, des recommandations. Dédaigneux de nos rites dérisoires (MAURIAC, Préséances, 1921, p. 164). Cette vie (...) dédaigneuse des soutiens vulgaires (GRACQ, Syrtes, 1951, p. 37) :
1. Mais à quels divertissements le seigneur Mars, qui près de moi n'est qu'un bien petit compagnon, passe-t-il ses vacances et congés? Entre les bras blancs et poupins de la dame Vénus, laquelle, comme déesse de bon entendement, préfère les gens d'armes à tous autres, fort dédaigneuse de son boiteux et cornard de mari.
GAUTIER, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 115.
b) [Compl. prép. + n. de pers.] Toutefois, s'il est préférable qu'elles soient un peu dédaigneuses envers ceux qui les complimentent (FARAL, Vie temps St Louis, 1942, p. 129).
c) Rare [Compl. introd. par pour] Les Bourbons des deux branches furent toujours illettrés ou dédaigneux pour les lettres (VIGNY, Journal poète, 1849, p. 1270) :
2. Dans la première voiture, Maria Blond et Tatan Néné, renversées comme des duchesses, les jupes bouffant par-dessus les roues, avaient des regards dédaigneux pour ces femmes honnêtes qui allaient à pied.
ZOLA, Nana, 1880, p. 1251.
2. [Emploi avec de + inf.] Rare, littér. Qui refuse par dédain (cf. dédaigner II). Dédaigneux de me voir, Vous refusiez, Myrdhinn, à mes yeux le miroir De vos yeux (LORRAIN, Viviane, 1885, p. 7). Dédaigneux de les percer de flèches, tant il [Léonard de Vinci] les pénétrait de questions (VALÉRY, Variété I, 1924, p. 182) :
3. Ce n'est peut-être après tout qu'un instrument absolu se suffisant à lui-même, incapable et dédaigneux de construire un luxe absurde et magnifique de la dialectique.
ARNOUX, Le Seigneur de l'heure, 1955, p. 69.
3. [Emploi sans compl.; en parlant d'une pers. ou, plus souvent, de son attitude] Synon. altier, hautain. L'irrévérence des paroles de Modeste fut aggravée par un petit ton méprisant et dédaigneux qu'elle prit à dessein (BALZAC, Modeste Mignon, 1844, p. 213). J'ai su depuis que j'avais eu l'air très froid et très dédaigneux (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1939, p. 298) :
4. Non, il ne sera plus possible d'affronter le regard de Madame, ce regard indifférent, dédaigneux, qui ne saura rien de son secret.
BERNANOS, Nouvelle Histoire de Mouchette, 1937, p. 1305.
♦ [Avec antéposition de l'adj.] Une politesse d'une dédaigneuse condescendance. Josserand, découvre que sa dédaigneuse jeune femme Fernande n'a plus, depuis longtemps, le droit de lapider Noix-de-Coco (COLETTE, Jumelle, 1938 p. 91).
♦ [Avec un adv. d'intensité] Homme du monde et de Cour, délicat à l'excès et dégoûté, un peu dédaigneux des gens de lettres, il [Voiture] craignait apparemment de s'ennuyer parmi eux (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 5, 1851-62, p. 210). Il n'y a rien de plus triste, de plus digne, de plus dédaigneux que cet homme (COLETTE, Vagab., 1910, p. 48).
♦ [Avec valeur de neutre] Et don Quichotte répondrait quelque chose d'héroïque, de dédaigneux (TOULET, Mar. Don Quichotte, 1902, p. 136).
En partic., dans le lang. de l'amour. Béretti (...) toujours éperdu de tendresse platonique et d'adoration pour quelque beauté dédaigneuse (ARNOUX, Rossignol napol., 1937, p. 164).
SYNT. Air, bouche, lèvre, moue, œil, poses, regard, sourcil, sourire dédaigneux/-euse(s); aisance, amabilité, condescendance, colère, indifférence, indulgence, insouciance, jugement, lenteur, négligence, protection, silence, sottise, stupidité dédaigneux/-euse; affirmation, phrase, ruse dédaigneuse.
B.— [Détermine un nom d'animal, de plante ou de chose personnifiée] L'ortie droite, élégante et fine, dédaigneuse (RENARD, Journal, 1907, p. 1116). J'affronte les astres dédaigneux dont je me sens la sœur (NOAILLES, Forces étern., 1920, p. 282). Un grand vieux cerf tout magnifique, qui, debout et dédaigneux sur la berme, regarda tant qu'il put (LA VARENDE, Dern. fête, 1953, p. 64). Les cent mètres chronométrés à l'aide d'un oignonmontre »] grossier, dédaigneux des cinquièmes de seconde (ARNOUX, Solde, 1958, p. 66).
Spéc., ANAT., vx. Muscle dédaigneux. ,,Muscle abducteur de l'œil, ainsi nommé par les vieux anatomistes parce qu'il se contracte quand le visage exprime le dédain`` (Lar. 20e); subst. le dédaigneux.
II.— Emploi subst. Personne qui dédaigne, qui méprise (cf. dédaigner I A). La belle dédaigneuse. Hé bien, dit Mme Wanghen en souriant, voilà ma pauvre Mina qui aura perdu ce beau surnom de la dédaigneuse que lui avaient donné ses amies les jeunes filles de Kœnigsberg (STENDHAL, Nouv. inéd., 1842, p. 30). Mon père, le fier, le dédaigneux (DUHAMEL, Notaire Havre, 1933, p. 191). Le douteur doutera toujours ainsi; toujours ainsi le dédaigneux dédaignera (ALAIN, Propos, 1924, p. 589).
Loc. Faire le dédaigneux. Il aurait eu beau dire le contraire et faire le dédaigneux, il brûlait de reprendre la plume (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 1, 1863-69, p. 167). Mais il ne faut point non plus que tu fasses trop le dédaigneux (SAINT-EXUP., Citad., 1924, p. 989).
Rem. On rencontre ds la docum. a) L'adj. substantivé dédaigneur. Il [d'Argenson] lisait toutes les nouveautés, et notait l'impression qu'il en recevait; il n'était pas de ces dégaigneurs (comme il les appelle) qui déclaraient d'un livre à première vue que cela ne valait rien (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 12, 1851-62, p. 134). b) Le comp. mi-dédaigneux (associé à un autre adj. précisant l'autre moitié). Je passe dans la corporation pour un intellectuel, qualificatif mi-admiratif mi-dédaigneux (ARNOUX, Zulma, 1960, p. 8).
Prononc. et Orth. :[], fém. [-ø:z]. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme desdaigneux; ds Ac. 1740-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. 1165-70 desdeignos (B. DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 23798). Dér. de dédaigner; suff. -eux, -euse. Fréq. abs. littér. :872. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 966, b) 1 325; XXe s. : a) 1 660, b) 1 174.
DÉR. Dédaigneusement, adv. D'une manière qui exprime le dédain (cf. dédaigner I A). Hausser dédaigneusement les épaules, repousser dédaigneusement. Turquoise allongea dédaigneusement les lèvres (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 168). Sous le nez, un petit trou obscène se fronçait dédaigneusement (SARTRE, Nausée, 1938, p. 203). []. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme desdaigneusement; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. 1re attest. ca 1220 desdaingneusement (G. DE COINCI, Les Miracles de Nostre-Dame, éd. F. Kœnig, I Mir 10, 939); de dédaigner, suff. -ment2. Fréq. abs. littér. : 205. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 209, b) 484; XXe s. : a) 360, b) 216.

dédaigneux, euse [dedɛɲø, øz] adj.
ÉTYM. 1165, desdeignos; de dédaigner.
Qui a ou exprime du dédain. Altier, distant, fier, hautain, impérieux, méprisant. || C'est un homme dédaigneux. || Avoir un air, l'air dédaigneux. Superbe, supérieur. || Caractère, ton, regard dédaigneux. || Manières dédaigneuses. || Lèvre dédaigneuse. || Réponse dédaigneuse. || Silence dédaigneux. || Une bonté légèrement dédaigneuse. Condescendant, protecteur.
1 Dédaigneux et fiers, ils n'abordent plus leurs pareils (…)
La Bruyère, les Caractères, VIII, 18.
2 Il (Théocrine) est abstrait, dédaigneux, et il semble toujours rire en lui-même de ceux qu'il croit ne le valoir pas.
La Bruyère, les Caractères, I, 25.
3 Le mépris flamboyait dans les yeux de Laurence, son front pâle et ses lèvres dédaigneuses insultaient à ces hommes (…)
Balzac, Une ténébreuse affaire, Pl., t. VII, p. 525.
4 De temps en temps une pourpre de honte, un éclair de colère enflammait ses yeux ou ses joues; une parole dédaigneuse semblait hésiter sur ses lèvres (…)
Hugo, Notre-Dame de Paris, VII, 1.
5 (…) il le traite avec une bonté affectueusement protectrice, et un peu dédaigneuse; il le regarde comme un enfant qu'il faut guider.
R. Rolland, Musiciens d'aujourd'hui, p. 115.
6 (…) elle se détourna, et d'un air indifférent et dédaigneux, se plaça de côté pour épargner à son visage d'être dans leur champ visuel (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. I, p. 192.
7 Papa souriait faiblement, l'air lointain, dédaigneux.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, III, I.
Littér. || Femme dédaigneuse, qui n'a aucune considération pour les hommages de ses admirateurs.
8 Il se trompait pourtant sur le caractère de Formosante; elle n'était pas si dédaigneuse qu'elle le paraissait (…)
Voltaire, la Princesse de Babylone, III.
N. || Un dédaigneux, une dédaigneuse. || Faire le dédaigneux (→ Faire la petite bouche).
9 (…) les précieuses
Font dessus tout les dédaigneuses.
La Fontaine, Fables, VII, 5.
10 Elles aiment ailleurs, ces belles dédaigneuses (…)
Corneille, Agésilas, I, 4.
(Littér.). Rare. || Dédaigneux de… : qui dédaigne, qui néglige… || Dédaigneux de plaire. || Être dédaigneux du malheur des autres.
11 Les gens riches sont bien injustes et bien comiques lorsqu'ils se font juges dédaigneux de tous les péchés et crimes commis pour de l'argent.
Stendhal, Souvenirs d'égotisme, p. 111.
12 (…) une âme, laissant aller le monde physique et dédaigneuse des chocs et des accidents, ne s'adonne qu'à des relations et à des intimités directes avec l'infini.
R. de Gourmont, le Livre des masques, p. 24.
CONTR. Admiratif, respectueux, révérencieux.
DÉR. Dédaigneusement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dédaigneux — dédaigneux, euse (dé dè gneû, gneû z ) adj. 1°   Qui a du dédain. •   Dédaigneuse princesse, RAC. Phèd. I, 1. •   Cet homme est abstrait, dédaigneux, et semble toujours rire en lui même de ceux qu il croit ne le valoir pas, LA BRUY. I. •   D un… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • dédaigneux — DÉDAIGNEUX, EUSE. adj. Qui marque du dédain. Des regards dédaigneux. Avoir l air dédaigneux, la mine dédaigneuse. Caractère dédaigneux. Humeur dédaigneuse. Beauté fière etdédaigneuse. [b]f♛/b] Il est aussi substantif. Faire ledédaigneux …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • DÉDAIGNEUX — EUSE. adj. Qui marque du dédain. Avoir l air dédaigneux, la mine dédaigneuse. Des regards dédaigneux. Caractère dédaigneux. Humeur dédaigneuse. Beauté fière et dédaigneuse.   Il est aussi substantif. Faire le dédaigneux, la dédaigneuse …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • dédaigneux — adj. => Hautain, Mangeur …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • DÉDAIGNEUX, EUSE — adj. Qui a ou qui marque du dédain. Il est dédaigneux des honneurs, des distinctions. Avoir l’air dédaigneux, la mine dédaigneuse, des regards dédaigneux. Caractère dédaigneux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • dédaigneuse — ● dédaigneux, dédaigneuse adjectif Qui a du dédain pour quelque chose : Dédaigneux des honneurs. Qui manifeste du dédain ; méprisant, hautain : Une moue dédaigneuse. ● dédaigneux, dédaigneuse (synonymes) adjectif Qui manifeste du dédain ;… …   Encyclopédie Universelle

  • condescendant — condescendant, ante [ kɔ̃desɑ̃dɑ̃, ɑ̃t ] adj. • XIVe; de condescendre 1 ♦ Vx Qui condescend. ⇒ complaisant. 2 ♦ Mod. ⇒ 1. hautain, protecteur, supérieur. « leurs airs condescendants, dédaigneux, légèrement dégoûtés » (Sarraute). ● condescendant,… …   Encyclopédie Universelle

  • arrogant — arrogant, ante [ arɔgɑ̃, ɑ̃t ] adj. • XIIIe; lat. arrogans → arroger (s ) ♦ Qui manifeste une insolence méprisante (⇒ arrogance). Une personne arrogante. Qui témoigne de l arrogance. Air, ton arrogant. ⇒ dédaigneux, fier, 1. hautain, impertinent …   Encyclopédie Universelle

  • fier — fier, fière [ fjɛr ] adj. • 1080; lat. ferus « sauvage » I ♦ Vx 1 ♦ Féroce, cruel. « Et le farouche aspect de ses fiers ravisseurs » (Racine). ♢ (Animaux) Farouche, sauvage. 2 ♦ Littér. Qui a de l audace, de la fougue. « quand un fier aquilon,… …   Encyclopédie Universelle

  • hautain — 1. hautain, aine [ otɛ̃, ɛn ] adj. • XIIe; de haut 1 ♦ Vx ou poét. Qui s élève. ♢ Vx ou littér. Élevé, noble. « le renoncement volontaire, la vie hautaine et pure » (Montherlant). 2 ♦ Mod. et cour. Qui, dans ses manières et son aspect, marque une …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.